Marie-Pierre Fiorentino

mercredi 21 septembre 2011

La reconnaissance plutôt que la notoriété.



J’ai assisté pendant des mois aux cours de Gérard Lebrun sans savoir qu’il était un professeur renommé. Beaucoup s’en sont offusqués.
Cette ignorance était pourtant une chance, celle d’apprendre à reconnaître, patiemment, un esprit et une personnalité exceptionnels. Elle était clairvoyance car le regard de l’élève sur le maître n’était brouillé par aucun voile de notoriété.
A qui iraient notre admiration, notre amitié ou au contraire notre mépris si nous pouvions aborder nos semblables toujours dans cet état d’innocence ?

P.S. Romain Gary n’a-t-il pas cherché la réponse pour lui-même en devenant Émile Ajar ?

Le Garn, été 2011